N121-34 La vie d’une association est riche en histoire, comme si chaque membre y laissait une partie de la sienne. Ce sont des moments, des instants, pleins de rencontres, de partages, d’émotions. Vous pourrez revivre une partie de l’histoire du club, en images en consultant la rubrique « Photos », en lisant les anciens « Phéromore ». L’histoire des Enfants du Roc c’est aussi l’engagement et l’investissement des présidents et nombreux bénévoles.

Les présidents successifs :

Jean-Benoît BLANDIN – 1 an
Louis MORTHAMMER – 1 an
Jean-Claude LAGRANGE – 13 ans, jusqu’au 23 novembre 2004
Marc THIERY – 8 ans, jusqu’au 4 octobre 2012
Mickaël VANNESSON – 4 ans, jusqu’au 31 août 2016
Jonathan Witz -, en cours

 

Quelques points de repère :

Créateur du Club, Philippe MENGIN, né en 1961, était accompagnateur moyenne montagne en 1983, aspirant guide en 1987 et guide de haute montagne en 1990, dans la même promotion que Patrick BERHAULT.
Avec des passionnés comme Alain CUTULLIC, Francis LOPEZ, Jean-Marc THIRION, et d’autres, Philippe a convaincu Philippe SEGUIN et la municipalité d’Epinal du potentiel que représentait la Carrière Collot et ses belles falaises de grès rose en plein cœur de la Ville, et de l’intérêt d’y créer un stade d’escalade.

Défrichage de la Carrière Collot à partir de 1986, débarras des anciens locaux industriels Boussac, équipement des voies,
Création du Club des Enfants du Roc, en novembre 1988.
Inauguration officielle du site d’escalade de la Carrière Collot en 1989, avec Catherine DESTIVELLE,
200 adhérents lors des 2 premières saisons, conquis par l’enthousiasme de Philippe et de ses potes.

En 1990, petite bataille d’influence, pour éviter que la Carrière Collot ne soit partagée entre les grimpeurs et les fans de Skateboard, en recherche d’espace également.
En 1991, inauguration du mur d’escalade du gymnase St Exupéry.
En mars 1999, inauguration de la salle de bloc à la Maison des Associations, par Michel HEINRICH, Maire d’Epinal et Jean-Claude CRAVOISY, adjoint aux Sports.

Les Enfants du Roc connaitront 2 drames, la mort en montagne de Pierre ARGAUD, le 25 février 2005. Comme Fred, Bastien, Jean-Yves, Pierrot faisait partie de la 1ère génération d’alpinistes de haut niveau formés par Philippe, tous devenus guides de haute montagne, avec ce plaisir de partager. Et bien sûr, la disparition de Philippe MENGIN, le 31 janvier 2009, dans les Droites à Chamonix.

10 septembre 2011 : inauguration d’une plaque en la mémoire de Philippe MENGIN à la Carrière Collot, par Michel HEINRICH, Député Maire d’Epinal et la famille de Philippe.

Dans les années 2000 / 2005, Elodie, Carole, Steven, Bénédicte, Stéphane et les Enfants du Roc trustent les victoires. Elodie GIROUX sera Championne de France de vitesse en 2004 et les filles des EDR, championnes de France par équipe.

En septembre 1998, 35.823m cumulés en escalade à l’occasion des 24 heures de la grimpe.
Le 21 sept 2008, 150 personnes initiées à l’escalade lors des 20 ans du club.

 

Jibé Blandin – Ancien Président des Enfants du Roc

jibe-blandin

1988 : Naissance d’une enfant, Chloé (la mienne) et de plein d’autres, Les Enfants du Roc.
Souvenirs d’une effervescence, d’une vitalité, d’une certitude de construction.
Sur les ondes, Bernard Lavilliers chante « Nous étions jeunes et larges d’épaules »… Et cela nous va comme un gant. Nous n’avons pas trente ans.
Envie d’inventer à notre tour quelque chose. Tout à la fois, de suivre les traces de prédécesseurs (nous sommes quelques-uns à avoir fait nos premiers pas de montagnards au CAF) et de nous en démarquer en laissant tomber les chemises à carreaux, les grandes barbes et les sacs à dos du Vieux Campeur.
La jeune FFME nous tend les bras. En 1987, la Fédération française de la montagne (FFM) et la Fédération française d’escalade (FFE) viennent de fusionner pour créer la Fédération française de la montagne et de l’escalade (FFME). Avec cette fédération, il ne va être question que de voies, de site d’escalade, de bandeaux dans les cheveux, de magnésie dans les doigts et de cotations qui mois après mois ne cesseront de monter. Durant les années 1980, la cotation explose avec le jeune grimpeur allemand Wolfgang Güllich. 1982, c’est la première répétition de Grand Illusion, 8a, ouverte par Yaniro. En 1984 en sortant Kanal Im Rücken à Altmühtal il ouvre le premier 8b au monde. En 1985, il s’offre le premier 8b+, Punks in The Gym, puis en 1987 le premier 8c avec Wallstreet.. En 1990, Ben Moon enchaîne le premier 8c+ Hubble à Raven Tor au Royaume-Uni. En 1991, Wolfgang Güllich fait l’ascension d’Action directe et évalue sa cotation à 8c+/9a.
En créant un club d’escalade,  en 1988, on a envie d’emboiter le pas de ces grands noms. Nous sommes sous le charme de nos héros, les deux Patrick, le blond et le brun. Edlinger et Berhault.  La Fender et la Gibson réunies. Depuis 1982, l’émission de télé « les enfants du Rock « , nous initie, voire nous converti, à un monde musical déplaçant tout sur son passage. Il n’y a qu’un  pas à faire pour démarrer l’aventure de la grimpe spinalienne et lui donner pour nom, évidemment, « Les enfants du roc ».
Il faut défendre le site potentiel d’escalade, la carrière Collot, contre le projet d’un immense parking en devenir. Armés de nos convictions, du soutien magnifique de René Desmaison, de l’enthousiasme des Philippe Mengin, Alain Cutullic, Jean-Marc Thirion, Francis lopez, et de tant d’autres, nous portons le projet d’un site dédié à l’escalade qui accepté par la mairie contribuera à faire d’Epinal, en 1991, la ville la plus sportive de France dans le cadre du trophée l’Equipe.
Mais, cela n’a pas vraiment d’importance à nos yeux. Ce qui compte, avant tout, c’est le bonheur après une journée de travail d’aller coincer nos doigts dans la fissure de la Menace, dont on sait qu’on va tôt ou tard finir par l’enchaîner. Et nous savons aussi, intuitivement, que cette magnifique carrière est la porte d’accès à d’autres aventures à venir,  à Chamonix, dans le Verdon, dans les Dolomites, dans le Briançonnais, dans les gorges de la Jonte, à la pointe de Pen-Hir ou sur les rochers du Hoggar.
1988/2016, presque 30 ans. Cela en fait des mètres de cordes et des paires de chaussons usés sur les calcaires, les granits et tous les grès abrasifs. Cela en fait des heures de concentration à lacer nos chaussons avant de se lancer dans une nouvelle ligne verticale. Cela en fait des heures à regarder dans les falaises la nouvelle voie que l’on s’apprête à partager. Cela en fait des « clics ! » rassurants des mousquetons se refermant sur la corde que l’on vient d’y glisser.